Notre activité est de plus en plus menacée, en particulier par des demandes et actions de "pseudo-écologistes" auto-proclamés "défenseurs des animaux".
Nos politiques ne sont pas toujours au fait de cela. Aussi, il serait bon que les présidents d'associations, lors de leur discours d'inauguration de leurs exposants, sensibilisent les politiques - souvent présents).
Ci-dessous un exemple de discours dans lequel des idées peuvent être puisées.

Discours pour l'inauguration d'une exposition

L'orsqu'on visite cette magnifique exposition de ...................... , on est émerveillé par la diversité des races, des couleurs, des formes et par le savoir-faire de ceux qui élèvent ces animaux : les éleveurs amateurs.
On a du mal à imaginer qui si les Hommes politiques et les médias ne vous soutiennent pas, ce genre d'exposition va peut-être disparaître dans un futur proche.
Pourtant, l'organisation des Nations Unies a rappelé dans un rapport de 2006 que dans les 20 ans, près de 35% des races régionales anciennes d'animaux de ferme, partie intégrante de notre patrimoine historique et culturel et de la biodiversité, risquent de disparaître. L'O.N.U. a appelé les Etats à soutenir les éleveurs amateurs, car ils sont quasiment les seuls à agir pour empêcher la disparition de ces races rares.
Bien que les éleveurs amateurs soient près de 4 millions en France, ce qui en fait la deuxième force associative derrière les sportifs, on assiste depuis 12 ans à un véritable acharnement réglementaire contre eux. En ce qui concerne le domaine des animaux de basse-cour, voici quelques exemples :
1°) L'Union Européenne a édicté sous pression du lobbying d'associations autoproclamées " protecteur des animaux ", des mesures tellement contraignantes en matière de transport d'animaux que pratiquement plus aucun transporteur ne veut convoyer nos animaux.
2°) Des associations de protections d'animaux à but végétariens ont tenté de faire passer des listes interdisant l'élevage de très nombreuses races parce qu'elles étaient soi disant " handicapées ", par exemple les animaux qui ont une huppe, les yeux rouges, des pattes courtes ou emplumées etc. La souffrance des animaux est en réalité un prétexte qui cache une haine des " animaux de races " car ceux-ci seraient d'après ces gentils protecteurs de animaux obtenus par l'eugénisme et l'inceste.
3°) Le ministre vert, Yves Cochet, avait retiré de la liste des nuisibles : la fouine, le putois et la marte. Pourtant, ceux-ci massacrent régulièrement nos animaux. Jean-Louis Borloo a fait de même avant de se raviser après que nous ayons apporté nos arguments.
4°) On a de plus en plus de difficultés à trouver des vaccins pour protéger la santé de nos animaux. Les dosages sont souvent passé de 100 à 1000 doses et sont devenus trop chers pour nos élevages familiaux.
Pour protéger la biodiversité représentée par nos animaux, il suffirait pourtant d'une simple loi votée par les députés et les sénateurs.
5°) Actuellement, certains essaient de nous imposer, sous peine d'amende ou de prison, un certificat d'aptitude professionnelle aux transports d'animaux vivants, très onéreux, pour avoir le droit de transporter nos animaux à plus de 65 km de notre domicile, alors que ce certificat concerne seulement les entreprises de transports.
6°) On a voulu nous imposer un certificat de capacité, c'est-à-dire une autorisation d'élever. Heureusement, nous avons retrouvé les écrits du ministère de l'Agriculture de l'époque qui indiquait que le certificat de capacité ne s'appliquait pas aux animaux de basse-cour.
7°) Ensuite, on nous a imposé au nom du "principe de précaution contre la grippe aviaire" d'enfermer nos animaux pendant des périodes très longues que les animaux n'ont pas pu supporter. D'après le recensement que nous avions effectué, plus de 30000 animaux n'ont pas pu supporter l'enfermement et sont morts pour rien. En effet, les deux plus grands spécialistes de la grippe : Jeanne Brugère-Picoux et Barbara Dufour ont expliqué que la grippe peut muter chaque année à n'importe quel moment et qu'enfermer les animaux ne sert à rien. C'est la vaccination qui a arrêté la grippe aviaire en Asie. De plus, de nombreuses expositions ont été annulées et beaucoup d'associations ont été au bord de la faillite.
8°) Récemment, dans la Commission de suivi Animal et Société, aucune association d'éleveurs amateur n'a été invitée, alors qu'il y a plus d'une dizaine d'associations de protection des animaux. C'est une véritable insulte. Cela veut donc dire que pour certains politiques ou administratifs les milliers d'éleveurs amateurs sont des citoyens qui ne comptent pas et qu'on ne doit pas écouter.
Heureusement, la fédération ProNaturA France siège dans cette Commission en tant qu'association de protection de la nature et des animaux à buts raisonnables et non végétariens.
9°) La fédération ProNaturA France a empêché l'interdiction de vente d'animaux par les particuliers. Si cette interdiction était passée, il n'y aurait plus d'exposition comme celle que vous visitez aujourd'hui.
10°) Elle a également mis son droit de veto à l'interdiction des petites annonces d'animaux. En effet, pour échanger des animaux de races rares, encore faut-il pouvoir faire savoir par petites annonces qu'on en a.
11°) Le pire est que ces propositions attentatoires aux libertés publiques ne proviennent pas de groupuscules, mais d'associations de protection des animaux que beaucoup d'Hommes politiques pensent être "modérées". En ce moment même, des associations de protection voudraient être habilitées à pouvoir faire des procès aux éleveurs, qui d'après elles ne respectent pas le bien-être des animaux. Quand on sait que, l'Académie Vétérinaire de France dit elle-même que le bien-être est une notion subjective et non scientifique, on peut craindre toutes les dérives et des milliers de procès, comme au Royaume Uni.
Elles demandent également la fin des expositions qui, d'après elles, "stresseraient les animaux".Bien sûr, la fédération ProNaturA France s'opposera à ces interdictions. A condition d'en avoir les moyens financiers et pour l'instant ce n'est pas le cas.

Des milliers de personnes sont consternées de voir de plus en plus d'Hommes politiques soutenir les revendications très radicales de ces associations, au nom de l'écologie. Cette écologie là n'est pas une écologie concrète et raisonnable, mais comme l'ont décrit de nombreux philosophes, une écologie radicale et extrémiste.
Pour l'écologie radicale, l'Homme est toujours le méchant et il n'y a pas de solution.

Pourtant, il pourrait exister une écologie responsable, populaire et humaniste, qui au lieu de toujours dénigrer l'Homme, lui donnerait les moyens de s'améliorer. Par exemple, elle ferait participer les éleveurs amateurs à des programmes de sauvegarde de races et d'espèces rares. Cette écologie humaniste reste à inventer. En résumé, si un grand nombre de députés et de sénateurs ne soutiennent pas les éleveurs amateurs contre la dérive de toujours plus de réglementations exagérées, il est à craindre que les expositions comme celles d' aujourd'hui ne puissent plus avoir lieu et que la majorité des races anciennes disparaissent.

Nous aimerions bien trouver des hommes politiques qui nous défendent avec énergie. L'appel est lancé.
Nous ferons connaître leurs soutiens à nos quatre millions de membres, éleveurs de loisirs.

Dans des temps difficiles, lorsqu'on prive les Français de leur échappatoire, leurs loisirs, il ne faut pas s'étonner que le mécontentement se traduise dans les urnes.
Alors qu'il serait tellement plus intelligent de concilier tout le monde en lançant l'écologie humaniste.

Fédération ProNaturA France http://pronaturafrance.free.fr



Retour à la page d'accueil du site de la FFV : Volaille-Poultry

Retour à la page d'accueil du site de la SCAF