Les coqs et poules sauvages

Les textes suivants sont inspirés du livre épuisé "Faisans et Paons" édité chez Rustica


 Les caractères généraux
Les coqs sauvages ne se rapprochent d'aucun autre genre parmi les Phasianidés. D'ailleurs, Buffon lui-même avouait la difficulté de les classer : "il n'est pas moins embarrassant pour un naturaliste à méthode, qui ne croit connaître un objet que lorsqu'il a su lui trouver une place dans ses classes et dans ses genres." D'ailleurs, la tendance actuelle est de ne plus classer les coqs sauvages avec les faisans.
Il est vrai que la classification est l'une des premières préoccupations des naturalistes et ce n'est pas chose aisée. Les coqs sauvages ont en effet une queue comprimée comme les gallofaisans, mais en sont très éloignés par les autres caractères et leur comportement ; ils présentent aussi une collerette et des lancettes comme les faisans à collerette, mais ces ressemblances sont superficielles. Les coqs sauvages se croisent avec les faisans ordinaires, les faisans à longue queue, les faisans à collerette, les paons, les lophophores, les pintades... mais les hybrides obtenus sont inféconds, preuve que ces genres sont assez éloignés.
Voici les principaux caractères qui permettent de distinguer les coqs du genre Gallus :
  • la présence de grandes excroissances charnues sur la tête : crête sur le sommet du crâne et 1 ou 2 barbillons sous le bec ;
  • la face et la gorge presque entièrement nues ;
  • la queue comprimée, composée de 14 ou 16 plumes ; les 2 plumes centrales allongées et recourbées en faucille ;
  • les ailes arrondies ;
  • les tarses longs et pourvus d'ergots aigus ;
  • les lancettes allongées de la selle ;
  • les couleurs vives du plumage.
    La poule, plus terne, ne présente pas de faucilles, de lancettes ni d'ergots ; la crête et les barbillons sont rudimentaires, quasiment invisibles.
    Quatre espèces de coqs sauvages ont été reconnues :
  • Gallus gallus, ou coqs Dorés, appelés improprement Bankivas qui comprennent 5 sous-espèces :
    - Gallus gallus gallus (Linné) : coq Doré de Cochinchine,
    - Gallus gallus spadiceus (Bonnaterre) : coq Doré de Birmanie,
    - Gallus gallus jabouillei Delacour et Kinnear : coq Doré du Tonkin,
    - Gallus gallus murghi Robinson et Kloss : coq Doré de l'Inde,
    - Gallus gallus bankiva Temminck : coq Doré Bankiva de Java,
  • Gallus lafayettei Lesson, ou coq de La Fayette ;
  • Gallus sonnerati Temminck, ou coq de Sonnerat ;
  • Gallus varius (Shaw et Nodder), ou coq vert de Java.

     Les coqs Dorés
    Les coqs Dorés sont aussi nommés coqs Rouges de la jungle, une appellation qui leur vient de leur nom anglais, "Red Jungle-fowls".
    Le nom donné en France, Bankiva, est impropre, car il s'agit du nom d'une sous-espèce (le coq Doré Bankiva de Java). Le professeur japonais Takao Kishida propose Gallus gallus javanicus, coq Doré de Java, à la place de Gallus gallus bankiva, proposition qui a été approuvée par le groupe d'étude des coqs et poules sauvages, animé par Pierre Hermans (Wegnaar As 47, B 3600 Genk, Belgique).
    Les coqs Dorés ou Bankivas, au même titre que les autres Phasianidés, font l'objet d'élevage. Malheureusement, il existe beaucoup de sujets impurs ! Même dans leurs pays d'origine, les habitants les croisent avec des poules domestiques pour obtenir des sujets moins farouches et n'hésitent pas à commercialiser ces hybrides sous le nom de Bankiva. Soyez donc vigilant en cas d'acquisition. Certains critères permettent toutefois de reconnaître les sujets purs : l'oiseau a la taille d'une grosse poule naine, le chant du coq est aigu et bref, la queue presque horizontale, la femelle n'a pratiquement ni crête ni barbillons, et le plumage d'éclipse du coq est caractéristique entre juin et septembre, il vaut donc mieux acheter ces sujets à cette époque de l'année.

    Ci-dessous une vidéo sur les coqs et poules Dorés sauvages
     Le coq de La Fayette
    Ce coq doit son nom au marquis de La Fayette (1757-1834), général français bien connu pour avoir participé à la guerre de l'Indépendance américaine.
    Principales caractéristiques : crête à dentelure très réduite, rouge avec une grosse tache jaune centrale ; 2 barbillons rouge carmin...





     Le coq de Sonnerat
    On l'appelle aussi coq Gris de la jungle, d'après son nom anglais de "Grey Junglefowl". Le Français E. Sonnerat le découvrit au cours d'un périple effectué de 1774 à 1781, et l'a décrit sous le nom de "coq et poule sauvage des Indes" dans son ouvrage "Voyage aux Indes Orientales et en Chine" (1782).
    La grande originalité de cet oiseau est la présence en plusieurs endroits de plumes cornées.





     Le coq vert de Java
    Il ne faut pas confondre le coq de Java avec le coq Doré (ou Bankiva) de Java ; leur seul point commun est une partie de leur aire de répartition : l'Ile de Java. Par ailleurs, la petite volaille naine appelée chez nous "Java" et qui est une création des éleveurs anglais n'a rien à voir, malgré les dires de certains, avec l'Ile du même nom !
    Les Anglais appellent ce coq "Green Junglefowl", c'est à dire coq Vert de la jungle, par opposition au coq Gris (coq de Sonnerat) et au coq Rouge (Bankiva) ; le coq de La Fayette serait le coq Jaune.
    L'habitat :
    Le coq de Java vit sur l'Ile de Java, mais aussi dans les Iles voisines de l'est. Il coexiste donc avec le coq Doré (ou Bankiva) de Java, mais les 2 espèces ne semblent pas se croiser. On trouve le coq de Java non loin de la mer près des côtes et des basses vallées, dans la brousse sèche et rocheuse aux alentours des rizières et des cultures. Il se tient dans les buissons durant la journée et en sort le matin et le soir.
    La description :
    Cet oiseau présente plusieurs originalités : un seul barbillon tricolore, une crête non dentelée et des plumes de camail arrondies, presque carrées.

     L'ancêtre de nos coqs et poules domestiques
    On peut raisonnablement penser que toutes nos races domestiques, depuis le minuscule Sebright de 500 g jusqu'au Brahma de 5 kg, en passant par les Phoenix à queue immense, les Nègre-soie "poilues", les poules frisées, les Sans-queue, les poules à 5 doigts, etc., ont pour ancêtre le coq sauvage Doré, et ceci pour plusieurs raisons :
  • Le coq Doré sauvage est celui dont le plumage se rapproche le plus de certaines de nos races comme la Gauloise dorée, la Naine Allemande...
  • Sa grande crête ressemble à la grande crête simple et dentelée de beaucoup de nos races.
  • Son chant est semblable au "cocorico" de nos campagnes.
  • Les croisements entre sujets Dorés sauvages et sujets domestiques se réalisent facilement. Les croisements entre les autres coqs sauvages et les sujets domestiques sont certes possibles, mais donnent souvent peu de sujets, des sujets faibles ou des sujets inféconds, ce qui montre que ces volailles ne sont pas parentes. Par ailleurs, les croisements entre des Dorés (ou Bankivas) et d'autres sujets sauvages donnent les mêmes résultats.
    Cependant, une étude (franco-suédoise) récente (2008) a montré que le gène de la peau jaune du poulet vient du Sonnerat !
    Quoi qu'il en soit, aucun autre oiseau n'a subi une domestication aussi poussée et un élevage aussi constant, au point de devenir l'une des premières sources alimentaires du genre humain...