Canards d'ornement
Les canards, sarcelles, bernaches, oies... d'ornement




Les textes suivants sont inspirés de l'ouvrage "Les anatidés d'ornement" (Rustica Editions), 168 pages tout en couleurs. En plus de la présentation des différentes espèces, cet ouvrage précise leurs caractéristiques ainsi que la façon de les élever.
Cet ouvrage a été réédité en décembre 2001, voir la rubrique :
Les livres sur la basse-cour


Il existe environ 150 espèces d'anatidés reconnues, soit près de 250 sous-espèces
Les anatidés sont des palmipèdes ayant les 3 doigts antérieurs palmés et le pouce libre, le bec bordé de lamelles transversales formant un filtre et les narines placées à la base du bec. Ils comprennent les cygnes, les oies, les bernaches, les dendrocygnes, les canards, les sarcelles, etc.
Il est impossible, dans ce site de traiter en détails toutes les espèces et sous-espèces. Seules les plus représentatives sont évoquées.

La législation
Attention : l'élevage de certaines espèces d'anatidés est réglementé :
La législation en ce qui concerne la détention des anatidés est complexe et évolutive (se renseigner éventuellement auprès des services préfectoraux de son département). Vous trouverez, ci-dessous, les contraintes actuelles (2008) qui se sont un peu assouplies d’ailleurs par rapport à ce qui existait. Oiseaux devant être bagués à l’aide d’une bague fermée avec numéro d’éleveur

Certificat de capacité obligatoire dès le premier individu
- Anserelle de Coromandel (oie naine de Coromandel) Nettapus coromadelianus
- Anserelle élégante (oie naine verte) Nettapus pulchellus
- Anserelle d’Afrique (oie naine d’Afrique) Nettapus auritus
- Merganette des torrents Merganetta armata

Oiseaux devant être bagués à l’aide d’une bague fermée avec numéro d’éleveur
Autorisation préfectorale préalable de détention - moins de 100 individus adultes (1)

(1) cette limite de 100 représente le total de vos oiseaux adultes, y compris ceux d’autres espèces.
Au-dessus de 100, un certificat de capacité est nécessaire.
- Bernache à cou roux Branta ruficollis
- Bernache cravant à ventre sombre Branta bernicla bernicla
- Bernache cravant à ventre pâle Branta bernicla hrota
- Bernache néné Branta sandvicensis
- Bernache nonette Branta leucopsis
- Canard à ailes blanches Cairina scutulata
- Canard musqué (canard de Barbarie sauvage) Cairina moschata
- Cygne sauvage Cygnus cygnus
- Cygne de Bewick Cygnus columbianus bewickii
- Cygne tuberculé Cygnus olor
- Dendrocygne à bec rouge ou à ventre noir du nord Dendrocygna autumnalis autumnalis
- Dendrocygne fauve Dendrocygna bicolor
- Dendrocygne veuf Dendrocygna viduata
- Erismature à tête blanche Oxyura leucocephala
- Harle bièvre Mergus merganser
- Harle huppé Mergus serrator
- Harle piette Mergus albellus
- Nyroca d’Europe Aythya nyroca
- Oie des neiges et oie des neiges phase bleue Anser coerulescens
- Oie naine à front blanc Anser eryhropus
- Oie à bec court Anser brachyrhynchus
- Pilet des Bahamas (grand) Anas bahamensis
- Pilet des Bahamas (petit) Anas bahamensis galapagensis
- Sarcelle d’été Anas querquedula
- Sarcelle de Laysan Anas laysanensis
- Sarcelle soucrourou Anas discors
- Tadorne de Belon Tadorna tadorna

Pour tous les autres anatidés :
détention libre dans la limite de 100 individus adultes (1)
A noter que le canard colvert est un gibier : c’est donc la réglementation des élevages de gibier qui doit lui être appliqué.

Le baguage
Actuellement, en France, le baguage n'est obligatoire que pour les anatidés inscrits à l'annexe A du règlement européen. Mais il est très fortement conseillé de baguer tous vos anatidés ; cela vous évitera beaucoup d'ennuis.
* Les anatidés dont la liste figure dans l'annexe A doivent être marqués à l'aide d'une bague fermée officielle portant les inscriptions suivantes :
- la lettre F initiale de la France ;
- les deux derniers chiffres du millésime de l'année d'utilisation ;
- le diamètre de la bague en 1/10 de millimètre jusqu'à 10 mm, en millimètres au-delà ;
- le numéro d'ordre de l'oiseau comportant trois chiffres ;
- le sigle de l'organisation qui a délivré la bague ;
- le numéro de l'éleveur comportant quatre chiffres.
* Pour les autres anatidés, il n'y a pas d'obligation de baguer. Cependant, si vous désirez présenter vos anatidés en exposition, ils devront être bagués. Les bagues définies ci-dessus sont admises ainsi que les bagues distribuées par la Fédération française des volailles.
Sur ces dernières figurent :
- le sigle de l'Entente européenne d'aviculture (EE) ;
- le pays d'origine (F pour la France) ;
- les deux derniers chiffres du millésime de l'année d'utilisation (09 pour l'année 2009, par exemple);
- le diamètre de la bague en millimètres ;
- le numéro d'identification de l'oiseau.

Définition officielle de la bague
Les oiseaux sont marqués sur le tarsométatarse ou le tibiotarse par la mise en place d'une bague d'une dureté au moins égale à celle de l'aluminium, en forme d'anneau fermé de section aplatie, sans aucune rupture ou joint, n'ayant subi aucune manipulation frauduleuse et assurant la permanence des inscriptions qui y sont portées. Le diamètre, la hauteur et l'épaisseur de la bague sont fixés en fonction de l'espèce ou du groupe d'espèces d'oiseaux auquel la bague est destinée. Après avoir été placée dans les premiers jours de la vie de l'oiseau, la bague ne peut être enlevée de la patte de l'oiseau devenu adulte.
Journal officiel de la République française, 25 septembre 2004



Les oies grises
Les oies d'agrément ont besoin d'un espace assez conséquent car elles broutent beaucoup d'herbe. Contrairement aux oies domestiques, elles vivent en couple.
L'oie cendrée occidentale
L'oie sauvage la plus connue est l'oie cendrée occidentale. C'est l'oie la plus connue en Europe. Elle niche peu en France et c'est surtout en saison froide que nous pouvons l'observer dans notre pays, lors de ses migrations. Les oies volent en formation en V, pointe en avant, se relayant à tour de rôle en tête de la formation.
A terre, les oies cendrées sont d'une grande méfiance, il est difficile de les approcher.
L'oie cendrée est domestiquée depuis très longtemps. Elle est l'ancêtre de toutes nos oies domestiques, hormis l'oie de Guinée. Sa masse varie de 2,5 à 4,5 kg.
Les autres vraies oies grises comprennent l'oie des moissons (et ses 5 sous-espèces), l'oie rieuse, l'oie naine, l'oie à bec court et l'oie cygnoïde (l'ancêtre de notre oie de Guinée domestique).


Les autres vraies oies
Leur livrée est moins terne que celle des oies grises. Une espèce est asiatique (l'oie à tête barrée), les autres sont américaines.
L'oie à tête barrée (photo de droite) est la plus connue : comme l'indique son nom, sa tête blanche est ornée de 2 barres noires. L'oie empereur (photo de gauche) est une oie maritime des régions froides. La petite oie des neiges présente 2 phases : l'une blanche et l'autre bleue. La grande oie des neiges ne présente que la phase blanche. L'oie de Ross ressemble à la petite oie des neiges, mais est encore plus petite.


Les autres oies
L'oie céréopse (photo ci-contre) vit principalement sur les îles des côtes sud de l'Australie.
L'oie céréopse est un bel oiseau. L'ensemble du plumage est gris cendré bleuté, la tête est un peu plus pâle. Le bec est trapu, de couleur noire, recouvert d'une caroncule jaune verdâtre vif. Les flancs et le ventre sont parsemés de taches brunâtres. Le dessus des ailes est garni d'ocelles brun foncé. Les tarses sont rosâtres, la palmure est noire. L'oie céréopse pèse de 4 à 5 kg.
Elle a besoin de beaucoup de pâture d'herbe et ne va presque jamais sur l'eau. Son cri, vraiment curieux, ressemble à s'y tromper au grognement du cochon.
Parmi les autres oies, on peut citer : l'oie semi-palmée (ou oie pie) qui est un oiseau élancé au coloris noir et blanc, l'oie d'Egypte au plumage brunâtre, l'oie de l'Orénoque et les oies naines.


Les bernaches
La bernache nonnette (photo de gauche) est un petite oie (1,5 kg environ) qui doit son nom au coloris de sa tête qui la fait ressembler à une petite nonne. Son habitat se situe en bordures des mers du nord de l'hémisphère Nord.
La bernache d'Hawaii ou bernache Né-Né (photo de droite) nous vient de l'île du même nom. C'est l'élevage qui a permis de la sauver de la disparition complète.
Les bernaches du Canada forment un groupe nombreux puisqu'une douzaine de sous-espèces sont recensées. Elles diffèrent entre elles par leur répartition géographique, leur taille et leur coloris plus ou moins sombre.
La bernache à cou roux est une pure merveille (photo ci-dessous). C'est une petite oie dont l' habitat d'été est la toundra arctique de la Sibérie et dont les quartiers d'hiver se situent près de la mer Caspienne, de la mer d'Aral et la Roumanie.
Il existe plusieurs sous-espèces de bernache cravant ; elle visite nos côtes régulièrement pendant l'hiver.
Les bernaches précédentes sont appelées bernaches vraies.
Les autres bernaches sont : la bernache à ailes bleues qui est africaine ; les autres sont sud-américaines : la bernache de Magellan, la bernache à tête grise, la bernache à tête rousse, la bernache des Andes, la bernache antarctique et la bernache à crinière.


Les dendrocygnes
Dendrocygne signifie littéralement "cygne d'arbre", car certains ont un comportement arboricole. On les appelle aussi canards siffleurs, en raison de leurs cris sifflants, chantants mais pas désagréables. Les caractères généraux des dendrocygnes sont : allure élancée, petit corps fortement incliné vers l'arrière, queue courte, long cou, bec assez long, tarses longs, ailes arrondies. Le mâle et la femelle sont identiques. Leur alimentation est essentiellement végétarienne. Les deux parents couvent les oeufs, fait rare chez les aquatiques.
Leurs moeurs sont nocturnes, ce qui explique qu'elles ne sont pas toujours connues avec précision.
Le plus connu est le dendrocygne bicolore ou fauve, répandu sur 3 continants : Amérique, Afrique et Asie. Le dendrocygne veuf est appelé ainsi à cause du coloris noir et blanc de sa tête. Le dendrocygne de Cuba est le plus grand de tous. Il existe encore d'autres dendrocygnes beaucoup moins connus.


Les tadornes
Les tadornes sont, en quelque sorte, des intermédiaires entre les oies et les canards. De la taille d'un gros canard, ils sont aussi bien aquatiques que terrestres.
Le tadorne de Belon (photo ci contre) est le plus connu et le plus populaire des tadornes. Il porte le nom de Belon, célèbre naturaliste français du 16ème siècle.
Contrairement à beaucoup de canards, le tadorne de Belon garde ses couleurs pendant l'hiver.
C'est un oiseau eurasien. Il niche sur les côtes atlantiques de l'Europe occidentale, de la Méditerranée, de la mer Noire, de la mer Caspienne, sur les lacs salés de l'Asie centrale jusque dans l'est de la Sibérie. la Mongolie et le Tibet. En France, où ses effectifs sont en augmentation, il niche sur les côtes de Bretagne, de la mer du Nord et à l'embouchure du Rhône, en Camargue. Les tadornes vivent en grandes bandes pendant l'hiver qu'ils passent plus au sud : Afrique du Nord, Arabie.
Les autres tadornes : tadorne de Corée, tadorne d'Australie, tadorne radjah, tadorne casarca (ou casarca roux), tadorne de paradis et tadorne du Cap.


Le colvert
C'est le plus connu, le plus commun et le plus populaire de tous les canards.
Il occupe tout l'hémisphère Nord à l'exception des hautes montagnes et de l'extrême nord.
En France,où il est abondant, sa situation est assez complexe : certains individus sont nicheurs sédentaires, d'autres sont nicheurs migrateurs, d'autres seulement migrateurs venant d'autres pays, enfin, certains ne sont que de passage lors de leur migration.
C'est l'ancêtre de tous nos canards domestiques, exception faite du canard de Barbarie. A l'inverse des autres aquatiques sauvages qui sont généralement élevés en couple, le colvert peut s'élever comme un canard domestique, le malard pouvant féconder plusieurs femelles.
Dans la nature, c'est l'aquatique le plus abondant. Sa population est estimée à plusieurs millions. Sa nourriture est très variée. Sur l'eau, il filtre et récolte les graines et les insectes de surface. Il plonge dans l'eau en basculant la queue en l'air afin de saisir les plantes de faible profondeur. Sur terre, il pâture l'herbe comme les oies, fouille partout, glane les céréales dans les champs, mange des glands sous les chênes... Ses moeurs sont essentiellement nocturnes. A la tombée de la nuit, les colverts quittent souvent en bandes le grand plan d'eau où ils ont passé la journée pour gagner leur zone de nourriture : petit plan d'eau, champs, etc. A l'aube, ils font le trajet inverse.
Les couples se forment assez tôt avant la période de reproduction. La cane aménage son nid dans un pré à proximité de l'eau, sur un îlot de l'étang, dans une touffe de jonc, dans un arbre creux ou au sommet d'un arbre étêté.


Les canards siffleurs
Les 3 canards siffleurs ont une très belle livrée. Leur nom vient du sifflement émis par le mâle.
Ils représentent 3 aires géographiques :
  • Le siffleur d'Europe (photo de gauche)
  • Le siffleur du Chili (photo de droite)
  • Le siffleur d'Amérique.


  • Les souchets
    Le souchet est caractérisé par son grand et large bec plat en forme de spatule. Les bords de ce bec sont garnis de lamelles qui lui permettent de filtrer de minuscules particules de nourriture à la surface de l'eau ou de la boue (crustacés, mollusques, insectes, larves, graines, débris végétaux, etc.) et même de fouiller dans la vase. Les deux mandibules ne se joignent pas complètement ; il reste un espace entre les deux quand le bec est fermé.
    Les canes ont le plumage brun et beige des autres canards de surface, mais elles sont facilement reconnaissables à ce bec plat et disproportionné. La livrée du mâle, comme souvent, est plus colorée.
    Il existe 5 souchets. Le plus connu est le souchet d'Europe dont l'habitat est l'Eurasie mais aussi l'Amérique du Nord. Et aussi : le souchet du Cap, le souchet roux d'Argentine, le souchet d'Australie et le souchet de Nouvelle-Zélande.


    Les pilets
    La principale caractéristique de ces canards est leur corps effilé terminé par une longue queue.
    Le pilet d'Europe (photo ci-contre) est un canard barboteur, il peut se nourrir en eau plus profonde que le colvert grâce à son cou plus long. Il est souvent en bascule, la tête dans l'eau. Son régime alimentaire est aussi varié que celui du colvert : graines, végétaux, mollusques... Les couples se forment réellement lors du retour du printemps.
    Existent aussi le pilet des Bahamas et d'autres moins connus.



    Les sarcelles
    Les sarcelles sont de petits canards : petite taille, élégance, coloris chatoyant sont les raisons principales de leur succès.
    Il s'agit là, d'un groupe très important. J'en ai recencé 17 sans compter les sous-espèces. Il n'est pas question ici de les présenter toutes ; j'ai fait une sélection tout à fait arbitraire :
  • La sarcelle Baïkal indique le lac du même nom, un des endroits où elle niche. C'est une des plus jolies (photo en haut, à gauche).
  • La sarcelle à collier est un des plus petits aquatiques (photo en haut, au milieu).
  • La sarcelle à faucilles doit son nom aux rémiges tertiaires noires bordées de blanc en forme de faucilles (photo en haut, à gauche).
  • La sarcelle de la Caroline nous vient d'Amérique ; elle est très semblable à notre sarcelle d'hiver (photo en bas, à droite).
  • La sarcelle cannelle, appelée aussi sarcelle à ailes bleues (photo en bas, au milieu).
  • La sarcelle de Laysan, originaire de l'île du même nom, doit sa survie à l'élevage (photo en bas, à gauche).


  • Les eiders
    Gros canards trapus (seul l'eider de Steller pèse moins de 1 kg), les eiders sont des oiseaux qui vivent uniquement en mer, dans le grand nord. Le dimorphisme sexuel est important : le mâle est à dominante noire et blanche, la femelle est plutôt brune.
    Les eiders sont des oiseaux d'eau salée. Leur alimentation dans la nature est constituée de mollusques, crustacés, vers, petits poissons...
    L'eider le plus connu est l'eider à duvet (il englobe 6 sous-espèces).
    Il existe en Islande une tradition bien connue : la récolte du duvet des eiders. Ce duvet, de meilleure qualité que celui des autres canards, est célèbre pour ses qualités isolantes. Il sert àla confection des sacs de couchage et vêtements chauds de montagne, et son nom nous a donné le mot édredon. Ne croyez pas que l'eider est tué pour être ensuite plumé : les fermiers se contentent de prendre le duvet des nids, que les eiders remplacent au fur et à mesure.


    Les canards plongeurs
    Les canards plongeurs sont moins nombreux que les canards de surface. Ils forment la tribu Aythyni qui comprend deux genres : Netta (les nettes) et Aythya (les fuligules). A l'examen, les différences morphologiques entre canards de surface et canards plongeurs apparaissent nettement. Les canards de surface ont un corps allongé, de longues ailes, des pattes implantées au milieu du corps qui leur permettent une démarche aisée sur terre.
    Chez les plongeurs, tout est fait pour faciliter la nage sous l'eau : le corps est massif, bien caréné ; les palmures sont complétées par une membrane sur les doigts extérieurs ; les ailes sont plutôt courtes et bien collées au corps, elles ne se "mouillent" pas en plongée ; les pattes sont implantées plus à l'arrière du corps permettant la nage.
    A l'inverse, sur terre, nos plongeurs marchent en se déhanchant et ont l'air plutôt maladroits, c'est pourquoi ils y passent le moins de temps possible.
    La remontée du canard plongeur à la surface se fait naturellement, le canard étant plus léger que l'eau. Le décollage d'un plan d'eau ne se fait pas non plus de la même façon. Les canards de surface décollent verticalement, tandis que les plongeurs ont plus de difficultés : ils effectuent plutôt un décollage horizontal en "courant" sur l'eau.
    Les coloris dominants chez les mâles sont le blanc, le noir et le brun. Chez les femelles (et certains mâles), c'est une teinte "fuligineuse" (couleur suie) qui domine.
    La nourriture des plongeurs se compose de végétaux et de mollusques qu'ils vont chercher au fond de l'eau.
  • Les nettes
    Le genre Netta comprend trois espèces : une européenne, la nette rousse (photo de gauche) ; une américaine du Sud, le peposaca, et la troisième, de l'hémisphère Sud, qui se divise en deux sous-espèces, la nette africaine et la nette d'Amérique du Sud.
  • Les fuligules
    Le genre Aythya comprend : les morillons, les milouinans, les milouins et les nyrocas (sur la photo de droite : un fuligule nyroca d'Europe)


  • Les canards percheurs
    La tribu Cairinini, celle des canards et oies percheurs et des canards des bois, comprend à la fois les canards les plus populaires, les plus connus et les plus nombreux en élevage - à savoir les mandarins et les carolins - mais aussi des palmipèdes peu fréquents, comme les sarcidiornes et le canard de Hartlaub, entre autres.
  • Le carolin (photo de gauche). Le canard carolin est originaire d'Amérique du Nord, du Canada et des Etats-Unis, surtout de l'est, et plus précisément de Caroline du Sud, d'où est tiré son nom.
    Les carolins vivent d'ordinaire en couples ou en petits groupes sur les étangs et les rivières, mais on rencontre parfois des bandes importantes en automne. C'est un canard forestier : il niche dans les arbres, en particulier les vieux arbres creux, s'y perche et vole entre eux avec une rare agilité. Il s'éloigne peu du milieu forestier, les Canadiens l'ont surnommé "canard branchu".
  • Le Mandarin (photo de droite).
    L'habitat d'origine du canard mandarin est le nord-est de la Chine, le Japon, Formose et la Corée. Son nom scientifique Aix galericulata signifie "galère" : le mâle posséde un très bel aileron rouge à l'arrière du corps qui le fait ressembler à une galère lorsqu'il glisse majestueusement sur l'eau !
    Le mandarin est, avec le carolin, le plus commun de nos aquatiques d'agrément et sans doute le plus beau. La femelle arbore une livrée tout à fait terne mais le mâle possède un beau plumage coloré.


  • Les garrots
    Le dimorphisme sexuel est très marqué chez ces palmipèdes.
  • Le garrot à oeil d'or (voir photo)
    Cet oiseau est d'une taille intermédiaire entre le colvert et une sarcelle. Son nom vernaculaire, garrot à oeil d'or, lui vient de la couleur de l'iris de son oeil qui est jaune d'or, se détachant du noir de la tête du mâle et du brun de celle de la femelle.
    Les garrots d'Eurasie nichent en Scandinavie, en Russie du nord, en Sibérie et jusqu'au nord du Japon. En hiver, ils séjournent sur les côtes de la Baltique, en mer du Nord, en Grande-Bretagne, en Méditerranée, en Inde, au sud de la Chine et au Japon. Ceux d'Amérique se reproduisent depuis l'Alaska et la Colombie Britannique jusqu'à Terre-Neuve, pour hiverner sur les côtes atlantique et pacifique ainsi que sur les lacs et rivières du centre des Etats-Unis. Le garrot à oeil d'or se plait sur les grands plans d'eau douce et en mer, dans des endroits abrités.
  • Le garrot d'Islande
    Le garrot d'Islande est également doté d'un oeil d'or. Un peu plus fort que le garrot à oeil d'or, il s'en différencie par plusieurs points : la tête est plus arrondie et de couleur bleu foncé violacé, la tache blanche des joues est en forme de croissant, le dessus de l'aile est noir orné de sept taches blanches. Les canes sont fort semblables.
    L'habitat du garrot d'Islande est restreint : sud-ouest du Groenland, Amérique du Nord (nord-ouest du Labrador et nord- est du Québec) et Islande. Ses migrations sont de faible amplitude.
    Ses moeurs sont fort semblables à celles du garrot à oeil d'or.
  • Le garrot albéole
    Autre espèce nord-américaine, le garrot albéole est plus petit que les précédents et s'en distingue aussi par la disposition des couleurs.
  • Le garrot arlequin
    De taille modeste (de 500 à 750 g), le garrot arlequin diffère en bien des points des autres garrots.
    Le mot arlequin est particulièrement bien choisi pour décrire ce canard, du moins le mâle. Ses belles couleurs apparaissent la deuxième année et sont encore plus éclatantes l'année suivante.
    La zone de nidification du garrot arlequin est très dispersée : Islande, sud-ouest du Groenland, Labrador, Sibérie orientale, Alaska, Californie et Colorado. C'est un faible migrateur, il rallie en hiver les côtes les plus proches.
  • l'harelde de Miquelon
    C'est le canard le plus abondant de l'Arctique, il occupe toutes les côtes d'Europe, d'Asie et d'Amérique du Nord.
    L'harelde de Miquelon possède un des plumages les plus complexes parmi les oiseaux.
    Le mâle présente une queue très pointue et allongée, il ne peut ainsi être confondu avec aucun autre oiseau.
    Ce sont essentiellement des canards marins. Capables de vivre loin des côtes, ils plongent longtemps et à de grandes profon- deurs. Il n'est pas rare que des pêcheurs en ramènent dans leurs filets. Leur nourriture est essentiellement animale.


  • Les harles
    De taille moyenne, on en trouve sur tous les continents. Ce sont des palmipèdes particuliers : leur corps très allongé ; le cou est mince ; la tête est généralement ornée d'une huppe érectile ; la queue est pointue ; les pattes sont implantées en arrière, signe distinctif des canards plongeurs. Le plus original est la forme du bec. Celui-ci est très long, mince, pourvu d'un onglet crochu et, surtout, de "dents" acérées. Ces dents et le crochet de l'extrémité du bec permettent aux harles de capturer les poissons qui constituent l'essentiel de leur menu.
    Le mâle et la femelle présentent un net dimorphisme sexuel. Ils sont si différents que les premiers naturalistes qui les ont décrits ont considéré mâle et femelle comme des espèces distinctes.
    Principaux harles :
  • Le harle couronné (voir photo) vit dans les eaux douces entourées de forêts
  • Le harle huppé du nord
  • Le harle bièvre est le plus gros des harles
  • le harle piette


  • Les macreuses
    Ce sont des aquatiques peu attrayants, de coloris noirâtre ou brunâtre. Assez gros, ils dépassent fréquemment le kilogramme et peuvent attendre 2 kg chez la macreuse brune.
  • Les macreuses noires
    Elles nichent au-delà du cercle arctique et hivernent sur les côtes tempérées.
    Ce sont des oiseaux de mer qui vivent souvent en grandes bandes. Le mâle est uniformément noir et possède un bec jaune et noir. La femelle est brun foncé avec des joues et un cou plus pâles. Cette espèce a été divisée en deux sous-espèces.
  • La macreuse à lunettes
    Elle ne vit qu'en Amérique du Nord.
    Le mâle est noir à l'exception de deux taches blanches situées sur le front et sur la nuque. La femelle est brun foncé.
  • La macreuse brune
    La macreuse brune, se divise en quatre sous-espèces.
    Elle niche dans la partie septentrionale de l'hémisphère Nord et hiverne sur les côtes de cette même zone.
    Le mâle est un oiseau noir avec l'oeil orné d'une tache blanche et qui présente un miroir blanc. La femelle présente un plumage brun.


  • Les érismatures
    Ce sont un peu des intermédiaires entre les canards et les harles. Leur corps hydrodynamique, leurs pattes placées en arrière du corps, leur queue rigide pouvant servir de gouvernail, en font des oiseaux plongeurs. Les érismatures nagent sur l'eau, la queue raide dressée à la verticale et souvent étalée. Leur marche sur la terre est des plus maladroites, ce qui explique que les érismatures passent le plus clair de leur temps dans et sur l'eau. Leur bec en forme de spatule, un peu comme les souchets, leur permet de fouiller la vase. Leur vol est rapide mais le décollage est laborieux.
    L'alimentation est pour moitié végétale et pour moitié animale. Le biotope préféré est constitué d'eaux dormantes à forte végétation. Ces oiseaux vivent donc dans un milieu bien spécialisé qui, s'il disparaissait, mettrait en péril leur survie.
    On connaît l'érismature rousse (voir photo) d'Amérique du Nord, l'érismature masquée, l'érismature à tête blanche, etc.


    La merganette armée
    La cordillère des Andes, en Amérique du Sud, est son habitat. Elle vit sur les rapides torrents tumultueux dévalant les montagnes, à des altitudes variant entre 1300 et 6000 m suivant les pays. Ses pattes longues et son corps svelte lui permettent de nager à contre-courant dans les eaux des torrents. Ses longues griffes et sa queue raide, comme celle des érismatures, lui servent, dit-on, à prendre appui sur les rochers. Son bec très flexible lui permet de fouiller sous les pierres et dans les anfractuosités des rochers. Lorsqu'on sait que son alimentation est exclusivement composée de larves de la "mouche des pierres", on comprend que la merganette est sans doute le canard le plus spécialisé du monde ! Et qui dit grande spécialisation dit grande menace de régression. Il suffirait de peu de chose (disparition de la mouche des pierres ou transformation de son biotope) pour que la merganette soit menacée.
    L'adjectif "armée" lui est associé car elle possède un éperon, une espèce de grosse griffe dirigée vers l'avant, au coude de l'aile.

    Voir aussi un site suisse de qualité pour les amateurs d'oiseaux d'ornement http://www.trub-ziergefluegel.ch

    Page d'accueil